Ballade en zone industrielle avec POL, producteur de musique électronique depuis 1991. Il qualifie sa musique de «neo-industrielle».
Il nous fait partager ici quelques-uns des groupes qui l’ont le plus influencé.




Front 242 U-Men (Geography 1982)
Inventeurs de l’Electronic Body Music, Front 242 et la scène belge des années 80 est une référence essentielle et trop souvent oubliée pour comprendre la vague de musique electro actuelle. U-Men est leur premier morceau et l’on y décèle déjà tous les éléments qui constitueront leur son si spécifique. Leur dernier album (Pulse 2003) est un chef-d’œuvre confortant leur place de pionners du genre.



Skinny Puppy Yes He Ran (Vivisect VI 1988)
Skinny Puppy créèrent au milieu des années 80 un genre communément appelé «techno-industriel» dont ils restent à ce jour les leaders incontestés. Leur particularité est de multiplier le nombre de strates sonores sans jamais tomber dans l’inaudible, de créer une musique à base de sons industriels mais mélodique. Yes He Ran est tiré de leur chef-d’œuvre Vivisect VI. La ligne de basse est un bijou de déstructuration tout en restant d’une efficacité redoutable.



The Young Gods Jimmy (The Young Gods 1987)
Le meilleur groupe du monde ! Une révolution musicale qui influença toute une génération de musiciens. Un style unique dont personne n’a jamais pu même s’approcher. Un groupe qui, 20 ans plus tard, n’est toujours pas reconnu à sa juste mesure. Choisir un seul morceau pour l’illustrer est une tâche impossible, j’ai donc pris le premier que j’aie entendu dans ma vie et qui bouleversa celle-ci.



DAF Verschwende Deine Jugend (Gold und Liebe 1981)
La ligne de basse ultime, ou comment créer un morceau destructeur avec trois fois rien. Ce à quoi le rock’n’roll devait finir par ressembler. Tout comme les trois groupes ci-dessus, leur dernier album (2003) est particulièrement réussi.



Einsturzende Neubauten Yu-Gung (Futter mein Ego)
(Halber Mensch 1985)
La  musique «industrielle» dans toute sa splendeur. Einsturzende Neubauten représente l’essence même du genre. Yu-Gung n’est qu’une des multiples illustrations possibles de ce groupe à la production nombreuse et toujours quelques kilomètres au-dessus du lot. Une rythmique à base de tuyau et d’amortisseur de camion, le génie à l’état pur.



The Residents Smack Your Lips (clap your teeth)
(The Tunes of Two Cities 1982)
Parfaitement inclassable et sans équivalent, la musique des Residents résiste à toute forme de description. En 30 ans de carrière, ils ont recyclé l’ensemble de l’histoire de la musique. Une écoute obligatoire pour ceux qui pensent encore qu’il y a des règles en musique.



MXP Neuron Bomb (Movie Soundtrack 1992)
Groupe genevois des années 90 (composé entre autres de Plastique de Reve, TVO, POL), MXP fut fortement influencé par les groupes présentés ici. Neuron Bomb est la B.O. d’un court-métrage réalisé par POL. Ce morceau en 3 parties permet d’entrevoir une partie de leur large palette musicale.



Nitzer Ebb Let Your Body Learn (That Total Age 1986)
Dignes descendants de DAF, Nitzer Ebb furent parmis les premiers à allier des rythmiques techno à une musique d’influence nettement industrielle contribuant ainsi à rendre celle-ci accessible aux dancefloors tout en lui conservant sa charge subversive.



Fad Gadget Back To Nature (Single 1979)
Le lien entre Kraftwerk et Depeche Mode.




Kraftwerk Mensch Maschine (Die Mensch Maschine 1978)
Sans eux il ne se serait rien passé, inutile de les décrire. Pourquoi Mensch Maschine et pas Autobahn, Radioactivität ou Computer Welt ? Ben parce qu’il fallait bien en choisir un et que je ne peux pas résister à l’envolée lyrique des voix de robots.



Lassigue Bendthaus Ashes to Ashes (Pop Artificielle 1999)
Encore une de mes idoles. L’homme aux 60 pseudos (Atom, Senor Coconut, LB, Flanger…) et plus de 80 albums en moins de 20 ans couvrant absolument tous les champs de la musique électronique et inventant des styles inexistants avant lui. Tout ce qu’il touche se transforme en…noix de coco. Comment choisir parmis le millier de morceaux de son répertoire ? En prenant son alias le plus novateur : Lassigue Bendthaus et une reprise de Bowie que j’adore aussi par ailleurs me permettant ainsi de faire d’une pierre deux coups.



Laibach Alle Gegen Alle (N.A.T.O.  1994)
Reprise d’un des meilleurs morceaux de DAF par Laibach dont l’incessante controverse due à l’ignorance cache une œuvre puissante et novatrice.